CERTAINS PASTEURS DESOBEISSENT LES CONSIGNENET DU GOUVERNEMENT EN ORGANISANT LES CULTES SANS AUTORISATION OU DES CULTE DANS LA NUIT ET S'EXPOSENT AUX SANCTIONS

Le non respect des lois de la république, est purement sanctionné par des amendes. Le gouvernement togolais dans le but d'éviter la propagation du covid19 a décidé d'ouvrir partiellement les lieux de cultes à Lomé où des cas sont enregistrés chaque jours.Mais le constat est amer. Certains leaders religieux ont enfreint à cette décision.En effet Dans un courrier officiel à l’attention des présidents des fédérations d’organisation religieuse, il est demandé aux pasteurs de respecter les directives en cette période de crise sanitaire, sinon ils s’exposent à la rigueur de la loi.Le commissaire divisionnaire Kodjo A. D. Vondoly, pour le compte de la Direction des cultes et en date de ce 27 novembre 2020, a signé la note qui fait état de ce que « depuis la reprise des activités culturelles dans les lieux de culte pris en compte par la réouverture partielle, certains leaders religieux officient des cultes de nuit au mépris de la mesure qui interdit cette pratique ».Il est donc rappeler à tous les pasteurs de se conformer à la décision du gouvernement du 10 juillet dernier proscrivant « les cultes de nuit, les veillées de prières ainsi que les veillées funèbres ».La direction des fédérations d’organisation religieuse est sommée de sensibiliser ses membres au respect scrupuleux des consignes des autorités sanitaires et politiques en cette période de crise sanitaire provoquée par la pandémie de coronavirus.« Tout contrevenant s’expose à la rigueur de la loi et à la fermeture immédiate du lieu de culte défaillant », menace le commissaire divisionnaire Vondoly.Beaucoup notent un certain laxisme dans le contrôle des lieux de cultes. Sinon, elles sont nombreuses ces églises qui continuent de célébrer des cultes alors qu’elles n’ont pas reçu une autorisation ou qui ont l’ont reçu, mais ne respectent pas les directives telles que édictées par le gouvernement.